Equipe 5 – Phagocytes Mononucléaires et Maladies Cardiométaboliques

Equipe dirigée par Philippe Lesnik

L’activité de l’équipe 5 repose sur l’étude  des phagocytes mononucléaires dans le contexte des maladies cardiométaboliques. L’objectif principal de l’équipe est une meilleure compréhension de l’impact des différents sous-ensembles de phagocytes mononucléaires sur les désordres métaboliques chroniques, en se concentrant particulièrement sur les macrophages et les cellules dendritiques. Dans ce but, des modèles murins uniques ainsi que des approches pré-cliniques sont utilisés pour déchiffrer les interactions complexes entre les sous-ensembles de phagocytes mononucléaires et les tissus métaboliques.  De plus, cette équipe se construit sur de récentes preuves-de-concept pré-cliniques et cliniques mettant en évidence une relation entre le microbiote intestinal, les cellules immunitaires et le métabolisme du cholestérol.

Cette équipe est rattachée à l’école doctorale 394 « Physiologie et Physiopathologie ».

 

Groupes des chargés de projets:

Au sein de l’équipe 5, le groupe d’Emmanuel Gautier s’intéresse aux rôles joués par les phagocytes mononucléés (monocytes, macrophages et cellules dendritiques) en conditions d’homéostasie et d’inflammation, notamment dans les maladies cardiométaboliques (athérosclérose, obésité, stéatose hépatique). Plus précisément, ce groupe étudie comment les sous-populations de cellules dendritiques, les macrophages résidents et les macrophages dérivés des monocytes influencent le développement des maladies cardiométaboliques, et développe à ces fins des outils permettant de cibler spécifiquement ces populations. Ils utilisent des approches intégrées, combinant biologie moléculaire et cellulaire ainsi que modèles animaux. Ils se focalisent en particulier sur les interactions complexes entre les stimuli inflammatoires, les phagocytes mononuclées, les métabolismes glucidique et lipidique ainsi que la microbiote intestinale.

La thématique principale de recherche développée par Thierry Huby a pour objectif de mieux comprendre le rôle des macrophages résidents et des macrophages dérivés des monocytes dans le métabolisme du cholestérol. Une attention particulière est donnée à certains acteurs cellulaires comme le récepteur scavenger SCARB1, mais également à certaines populations spécifiques de macrophages, telles que les cellules de Kupffer. Nos approches expérimentales reposent principalement sur l’utilisation et le développement de modèles murins permettant de cibler des gènes candidats ou des populations cellulaires pour déterminer in vivo leur contribution au maintien de l’homéostasie du cholestérol dans le contexte des maladies cardio-métaboliques.
 aaa