Equipe 4 – Biologie Intégrative de l’Athérosclérose

Equipe dirigée par P. Lesnik

L’activité de cette équipe est centrée sur la dimension lipido-inflammatoire de l’athérosclérose vasculaire, sur la structure, le métabolisme et la fonction des lipoprotéines sur la génétique moléculaire du transport et de l’homéostasie du cholestérol, et sur les biomarqueurs systémiques des maladies cardio-métaboliques. Cette équipe s’est fixé les objectifs suivants: (i) déterminer comment les lipides et les cellules immunes interagissent pour moduler l’athérogenèse, (ii) évaluer la pertinence clinique de nouveaux mécanismes, gènes et biomarqueurs et (iii) trouver de nouvelles approches thérapeutiques de l’inflammation, des maladies métaboliques et de l’athérosclérose.

Cette équipe est rattachée à l’école doctorale 394 « Physiologie et Physiopathologie ».

 

Groupes des chargés de projets:

Au sein de l’équipe 4, le groupe d’Emmanuel Gautier s’intéresse aux rôles joués par les phagocytes mononucléés (monocytes, macrophages et cellules dendritiques) en conditions d’homéostasie et d’inflammation, notamment dans les maladies cardiométaboliques (athérosclérose, obésité, stéatose hépatique).
Plus précisément, ce groupe étudie comment les sous-populations de cellules dendritiques, les macrophages résidents et les macrophages dérivés des monocytes influencent le développement des maladies cardiométaboliques, et développe à ces fins des outils permettant de cibler spécifiquement ces populations. Ils utilisent des approches intégrées, combinant biologie moléculaire et cellulaire ainsi que modèles animaux. Ils se focalisent en particulier sur les interactions complexes entre les stimuli inflammatoires, les phagocytes mononuclées, les métabolismes glucidique et lipidique ainsi que la microbiote intestinale.

Au sein de l’équipe 4, le groupe de Wilfried Le Goff s’intéresse aux mécanismes contrôlant l’homéostasie lipidique et l’inflammation au sein des macrophages dans les maladies cardiométaboliques.
Les macrophages résidents et issus des monocytes circulants sont des cellules immunitaires clés qui contrôlent la dimension lipido-inflammatoire des maladies cardiométaboliques (CMD) associées à des inflammations chroniques. L’altération du métabolisme lipidique dans ces désordres conduit les macrophages à engorger un excès de matériel cellulaire et à prendre en charge de larges quantités de lipides qui agissent comme des senseurs clés dans l’activation de ces cellules. En effet, en réponse à un stress lipidique, les macrophages tissulaires déclenchent un programme d’adaptation pour résoudre l’inflammation locale et restaurer l’homéostasie lipidique dans le tissu altéré. Dans ce contexte, son groupe s’intéresse à décrypter le programme adaptatif mis en place par les macrophages tissulaires en réponse à un stress lipidique. Pour cela, des approches Omic (lipidomique et transcriptomique) sont utilisées afin d’identifier les réseaux d’interaction mis en place au sein des macrophages tissulaires dans les maladies cardiométaboliques et ainsi de proposer de nouvelle cibles thérapeutiques potentielles. Ses études s’appuient sur des approches in vitro et in vivo intégrées, combinant biologie moléculaire et cellulaire, études dans des modèles murins et translation chez des patients CMD.